dima
  • Lettres à un médecin

    De Stanislas Amand, on connaît déjà ses Lettres à une galeriste, correspondance avec un personnage fictif donnant matière à observation et à réflexion sur le monde qui nous entoure. voici les Lettres à un médecin : changement d’interlocuteur, certes. Mais de méthode ? Pas totalement. En effet, la médecine, l’hôpital et son atmosphère singulière, propice à l'exacerbation des corps, des sentiments, des affects, sont autant d’éléments passés au filtre du regard scrutateur et toujours en rebond de Stanislas Amand. Ici, il nous livre une sorte d’atlas personnel constitué d’un corpus lié à ce que l’institution a produit comme image : ses photographies techniques, les comptes rendus de colloques, la vie quotidienne du personnel de l’hôpital, des images de malades aussi parfois. Décrire, se souvenir, montrer, sont les fonctions principales de la photographie mises en œuvre par ces images qu'il se réapproprie, réorganise, redistribue. Notre perception s'aiguise, les catégories vacillent.