dima
  • Videostill

    Ces captures d'écran constituent des références cinématographiques permanentes dans le travail de Stanislas Amand.  
    " Il existe un style d'espace gravé dans notre mémoire : des espaces précis et détaillés, généralement des fragments, présents à tous les niveaux de la réminiscence. Et bien sûr, dès qu'on se laisse aller au souvenir, une infinité d'associations surgit. La mémoire semble créer un espace d'un genre unique, établissant un niveau de conscience qui est toujours sur le point de se dissoudre. " Gordon Matta-Clark
    " Ce sont des expériences optiques avec l'architecture. On peut parler de documents imparfaits. " Les reflets et les transparences confondent les espaces et forment des collages. Le " dedans " est comme retroussé au " dehors ". Les frontières [intérieur - extérieur] comme [privé - public] deviennent imprécises.

    FRAGMENTS DE FILMS

    Depuis son séjour à la villa Médicis en 1996-1997, Stanislas Amand filme avec des caméras mini DV et des logiciels simples de montage. Pour lui, ces supports techniques sont la façon la plus efficace de faire du cinéma ou de la vidéo sans aucune qualité artistique à priori. Son usage, propre aux amateurs, l'intéresse parce qu'il correspond à une absence de volonté précise au moment de la prise de vue. Des séquences fragmentées sont ensuite extraites, numérotées et montrées. Certains plans (ci-joints) sont ensuite choisis et photographiés de nouveau (captures d'écran) pour leur qualité d'images mentales.